campagne de vaccination covid 19

À noter :

  • les informations relatées dans cet article peuvent être modifiées à tout moment en fonction de l’évolution de la crise sanitaire du Covid-19,
  • tous ceux qui ont été vacciné doivent continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières (port du masque, lavage des mains, dispensation sociale, isolement en cas de contact avec une personne positive ou d’apparition de symptômes).

Gratuite, la vaccination constitue une arme capitale pour lutter à long terme contre l’épidémie de Covid-19. La campagne de vaccination se déroulera tout au long de l’année 2021.

Le 11 janvier, Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, a lancé la campagne de vaccination auprès des personnes en situation de handicap au cours de sa visite dans un établissement de l’Yonne.

vaccin covid flyer FALC (Document pdf de 1,65 Mo)


Le calendrier

La vaccination des personnes considérées comme étant les plus vulnérables et qui risquent le plus de développer des formes graves du Covid-19 a débuté prioritairement depuis le début du mois de janvier.

La phase 1 (phase actuelle)

À l’heure actuelle, les personnes éligibles à la vaccination contre le Covid-19 sont :

  • les personnes âgées résidant en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), en unités de soins de longue durée (USLD), en résidences autonomie, en résidences services seniors
  • les personnes handicapées en établissements spécialisés (Maisons d’Accueil Spécialisées et Foyers d’Accueil Médicalisés)
  • les personnes âgées de 75 ans et plus vivant à domicile
  • les patients vulnérables à très haut risque et sans limite d’âge (liste complète établie par le COS et les filières de santé maladies rares), à savoir : ceux atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie, atteints de maladies rénales chroniques sévères, les patients dialysés, transplantés d’organes solides, transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques, atteints de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes, atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection, les personnes porteuses de trisomie 21 (qui présentent un risque d’hospitalisation 4 fois plus important et un risque de décès 10 fois supérieur par rapport au reste de la population). Ces personnes devront présenter une prescription médicale de leur médecin traitant afin de pouvoir être vaccinées
  • tous les professionnels de santé, y compris les libéraux
  • les professionnels exerçant en établissement de santé ou dans un établissement ou service médico-social intervenant auprès de personnes vulnérables
  • les salariés de particulier employeur intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables
  • les sapeurs-pompiers.

À noter :

L’arrivée du vaccin AstraZeneca, dont l’utilisation a été autorisée par la Haute Autorité de Santé (HAS), avec une recommandation pour les seules personnes de moins de 65 ans, permet d’augmenter le nombre des bénéficiaires de la phase 1 de la campagne de vaccination. Les conditions de conservation de ce vaccin, similaires à celles du vaccin contre la grippe, faciliteront l’organisation de la vaccination.

Ainsi, à compter du 8 février, l’ensemble des MAS et des FAM seront les destinataires prioritaires des premières livraisons de ce vaccin, ce qui permettra d’y accélérer la campagne de vaccination. Les résidents âgés de moins de 65 ans qui le souhaitent pourront recevoir une primo-injection, il en est de même pour les aides à domicile, les soignants des établissements médico-sociaux et les pompiers. Le critère d’âge ou de comorbidité est donc supprimé pour ces personnes.

La phase 2 : février et mars 2021

  • Les personnes âgées de 65 à 74 ans pourront être vaccinées à leur tour.

La phase 3 : à compter du 3ème trimestre 2021

Toutes les personnes majeures non encore vaccinées pourront l’être à partir du 3ème trimestre.

L’ordre de priorité s’établit ainsi :

  • les personnes âgées de 50 à 64 ans
  • les “professionnels issus des secteurs indispensables au fonctionnement du pays” en période épidémique (sécurité, éducation, alimentation)
  • les personnes vulnérables et précaires et ceux qui les prennent en charge (les résident en hôpital psychiatrique, les sans domicile fixe)
  • les personnes en hébergements confinés ou en lieux clos (les professionnels en contacts réguliers avec le public)
  • et enfin le reste de la population âgée de 18 ans et plus.

Les modalités du processus de vaccination

Prendre un rendez-vous dans un centre de vaccination

Des centres de vaccination recevront les personnes âgées de plus de 75 ans et vivant à domicile, ainsi que celles qui sont vulnérables à très haut risque. À compter du 18 janvier 2021, Paris comptera 19 centres de vaccination, à raison d’un par arrondissement, à l’exception du 6ème arrondissement qui ouvrira sous peu (en attendant, les habitants de cet arrondissement peuvent prendre rendez-vous dans l’un des centres déjà existant).

La personne éligible à la vaccination peut prendre rendez-vous dans le centre de son choix :

  • par Internet en s’inscrivant en ligne soit sur Santé.fr mis en place par les autorités sanitaires, soit sur trois plateformes privées : Doctolib, Maiia et Keldoc, qui renvoient vers le centres de vaccination le plus à proximité,
  • par téléphone en contactant soit le numéro vert national 0 800 009 110 tous les jours de 6 h à 22 h qui oriente vers le standard du centre le plus proche de son domicile ou qui lui permet d’obtenir un accompagnement à la prise de rendez-vous, soit le 39 75 de 8 h 30 à 18 h du lundi au samedi. Les opérateurs prennent directement rendez-vous sur Internet ou contactent directement un centre de vaccination local.

La vaccination proprement dite

Hormis les personnes citées plus haut et qui devront produire un certificat médical, la consultation préalable chez son médecin traitant n’est pas une obligation.

Les cartes d’assuré social et d’identité devront être présentées.

Avant l’injection, les personnes auront un entretien avec un soignant et rempliront un questionnaire de santé. Celui-ci sera ensuite transmis à un médecin, afin qu’il procède à la vérification d’éventuelles contre-indications à la vaccination avant de le signer.

Le recueil du consentement

La vaccination n’est pas obligatoire, mais la personne (ou son représentant légal ) doit donner son consentement à la vaccination. Ce consentement devra être inscrit dans le dossier médical de la personne concernée.

Afin de faciliter le recueil de consentement des personnes présentant des troubles cognitifs, une fiche donne des explications en FALC.

Qui peut procéder à la vaccination ?

Sont autorisés à administrer le vaccin :

  • tous les professionnels de santé,
  • les étudiants en santé dans la limite de leurs compétences en matière de vaccination,
  • les médecins coordonnateurs des Ehpad en ce qui concerne les résidents et les personnels de l’établissement où ils exercent, mais ils doivent en informer les médecins traitants,
  • les infirmiers, sous réserve qu’un médecin puisse intervenir à tout moment.

Un médecin sera toujours présent dans chaque centre de vaccination et il pourra être contacté sur demande à tout moment.

Le suivi de la vaccination

L’injection intramusculaire sera suivie d’un temps de repos d’une durée de 15 minutes, afin de pouvoir vérifier l’absence de toute réaction.

Tout effet indésirable apparu à la suite d’une vaccination peut être signalé aussi bien par la personne elle-même que par un professionnel de santé sur signalement-sante.gouv.fr.

À savoir :

  • la date de l’injection de la 2ème dose est communiquée systématiquement au moment de la prise du premier rendez-vous, le délai peut aller de 3 à 6 semaines,
  • les personnes qui ont déjà été infectées par la Covid-19 peuvent bénéficier de la vaccination à leur demande, mais après s’être entretenues avec un médecin et après un délai minimal de 3 mois après le début des symptômes et sous réserve de ne présenter aucun symptôme persistant,
  • un délai de trois semaines doit être respecté après une vaccination contre la grippe.

Les textes de référence

Décret n° 2021-10 du 7 janvier 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire 

Décret n° 2020-1833 du 31 décembre 2020 modifiant le décret n° 2020-73 du 31 janvier 2020 portant adoption de conditions adaptées pour le bénéfice des prestations en espèces pour les personnes exposées au coronavirus 

Décret n° 2020-1691 du 25 décembre 2020 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire 

Décret n° 2020-1690 du 25 décembre 2020 autorisant la création d’un traitement de données à caractère personnel relatif aux vaccinations contre la Covid-19 

Arrêté du 3 décembre 2020 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire .

Publié : 20 janvier 2021

Dernière mise à jour : mars 2021