La bibliothèque Chaptal devient la bibliothèque Louise Walser-Gaillard. C’est la 1ère fois en France qu’un bâtiment public porte le nom d’une personne sourde ! 

Biographie de Louise Walser -Gaillard, militante sourde et poétesse du silence

Louise Walser-Gaillard marqua les esprits de son temps en étant la 1ère femme sourde poétesse et féministe qui osa critiquer les méthodes éducatives de la langue des signes et le poids de la religion dans les institutions.

Issue d’un milieu modeste, elle naît à Paris le 14 juin 1879 et devient sourde à 8 ans. À 13 ans, elle est placée à l’Institut National des Sourds muets et y reste quelques années. En 1901, elle est de retour à Paris et elle se marie avec un sourd, Charles Dupont. Trois entendants naissent de cette union, mais la mort de leur premier enfant précipite la fin de ce mariage. Son mari se suicidera avant que le jugement de séparation ne soit prononcé.

Dès 1907, Louise devient une personnalité publique et participe activement aux rencontres associatives sourdes, notamment les banquets où elle déclame ses poèmes en Langue des Signes. Plusieurs d’entre eux sont publiés dans la revue des Sourds-Muets, dirigée par Henri Gaillard qui encourage sa vocation artistique. Ils se marient en 1911 et auront cinq enfants.

En août 1912, lors du bicentenaire de la naissance de l’abbé de l’Épée, elle prononce à la Sorbonne un discours qui va provoquer un grand émoi au sein de la communauté sourde. De l’enseignement religieux, constatation faite pendant mon séjour à l’institution publique critique la place de la religion dans l’éducation des jeunes sourds et l’adoption de la méthode oraliste. Cette dernière bannit entièrement la Langue des Signes des écoles pour sourds tout en les obligeant à parler. Elle y expose la situation très difficile des enfants sourds et explique son obligation morale d’aider ses consœurs pour qui cet enseignement est inadapté. On assiste ici au premier combat militant d’une sourde.

Cette critique de la méthode oraliste par quelqu’un qui l’a expérimentée et subie est très mal reçue par ses partisans. Les sourds américains, frappés par son discours et par les violentes critiques qu’elle subit, la surnomment « La Jeanne d’Arc des sourds-muets » et prennent sa défense.

En septembre 1914, face à l’avancée des troupes allemandes, elle se réfugie avec ses enfants au Puy-en-Velay. Refusant de rentrer à Paris, elle y meurt le 2 août 1920. Sa disparation est très fortement ressentie au sein de la communauté sourde française.

Son passage dans l’histoire Sourde a été bref mais elle a fortement marqué les esprits de son temps en étant la première femme sourde clairement féministe et osant critiquer les méthodes éducatives et le poids de la religion dans les institutions de son époque.

Berceuse d’Anges
Dormez, dormez, chers anges !
Sous le firmament bleu d’un rêve aux semis d’or
Et sous les saints rayons qu’un amour pur et fort
Déverse sur vos langes
Poème de Louise Walser-Gaillard publié en 1911

title="vidéo Youtube">

La MDPH de Paris 

Publié : 18 octobre 2019

Dernière mise à jour : novembre 2019