Notre 1ère rencontre a eu lieu avec l’ESAT (Établissement et Services d’Aide par le Travail) parisien Moskowa, situé dans le 18ème arrondissement. Cet établissement qui accueille 76 personnes en situation de handicap est géré par l’association APTE (Association Parisienne Travail et Épanouissement), tout comme l’ESAT Plaisance dans le 14ème (97 travailleurs).

© ESAT Moskowa

Dans les locaux de l’ESAT, nous avons pu échanger avec Mr Chevrier, directeur de l’établissement, Mme Wacquin, cheffe de service médico-sociale et un travailleur de l’ESAT, Zoubir Amri présent depuis 15 ans et président du CVS depuis 2 ans. Nous avons également visité les différents ateliers de production et certains travailleurs nous ont fait une démonstration de leur travail. Une matinée vraiment enrichissante !

Les ESAT ont pour objectif l’insertion sociale et professionnelle des adultes en situation de handicap qui ne peuvent pas travailler en milieu ordinaire. La personne est orientée en ESAT par la CDAPH de la MDPH.

 

 

 

 

Certaines activités de l’ESAT sont réalisées sur place : travaux administratifs (gestion des NPAI (N’habite Pas à l’Adresse Indiquée), traitement de chèques…), conditionnement et travail à façon (roulé de couverts – 2 000 couverts/jour, ensachage, assemblage…), préparation de commandes.

roulé de couverts
© ESAT Moskowa

Mais l’ESAT met également directement à disposition des travailleurs chez des entreprises :

  • catering ferroviaire dont l’activité se trouve sur un site dédié de Stains (dans le 93) où 30 travailleurs de l’ESAT Moskowa et Plaisance préparent les chariots des wagons bars de l’Eurostar et Thalys.
  • travail administratif au sein d’une enseigne très connue dans le monde médiatique et radio, notamment pour des programmes de télé-réalité.
  • GED (gestion électronique des documents), numérisation : l’objectif de l’ESAT est de former les travailleurs dans l’ESAT puis de les envoyer au sein des entreprises partenaires.

Depuis quelques mois, l’ESAT Moskowa, qui a ouvert en 2001, prend un nouveau tournant et se lance dans des projets innovants :

  • atelier bois : les travailleurs et leurs encadrants conçoivent et produisent des meubles, jeux et éléments de décoration avec des palettes recyclées. Ce projet suit les tendances actuelles de « recyclage par le haut » ou upcycling qui permet de créer des objets uniques avec des matières recyclées. Tout est réalisé à l’ESAT. Une fois l’inspiration trouvée par l’équipe, le chef d’atelier effectue les croquis et les prototypes. Si le prototype est validé, les pièces sont fabriquées en série ou en un seul exemplaire. Grâce à des prix restant compétitifs par rapport aux grandes enseignes, ils espèrent développer rapidement cette activité et vendre aussi bien à des particuliers que des entreprises ou des IME.
atelier bois
© ESAT Moskowa
  • atelier vidéo/photo : l’objectif est de créer un véritable studio professionnel. Un ancien caméraman manage l’équipe composée d’un artiste peintre, et de deux autres travailleurs. Le but est de stimuler la créativité ! Le projet en est à ses débuts mais les idées ne manquent pas : film institutionnel d’entreprise, chaîne YouTube, web TV sur des sujets génériques ou concernant directement les travailleurs.

Tous ces nouveaux projets ont été imaginés pour répondre aux besoins actuels et permettre à l’ESAT de trouver de nouveaux clients. Car un ESAT a un statut particulier mais est soumis, comme n’importe quelle entreprise, à une logique commerciale. La recherche de nouveaux partenaires est donc primordiale et mobilise une chargée d’insertion qui démarche les entreprises. Et cela est encore plus complexe que pour une entreprise car l’ESAT fait travailler des personnes en situation de handicap mental et psychique qui n’ont pas le même rythme de productivité qu’un travailleur en milieu ordinaire et que les réticences des entreprises existent toujours. De plus, l’ESAT doit composer avec les contraintes d’effectif, de temps de travail et les agréments imposés par les autorités compétentes.

atelier bois
© ESAT Moskowa

Notre échange avec Zoubir A. nous a permis de comprendre à quel point l’ESAT est un outil de socialisation et d’épanouissement professionnel. Depuis 15 ans, Zoubir a accompli des tâches très diversifiées et polyvalentes qu’il évoque avec plaisir : mise en coffrets de bouteilles, remise à neuf du matériel d’un ancien hôpital pour la Chaîne de l’Espoir, bracelets, ceintures, tongs, mise sous film de BD, logo sur clé USB, classement de chèques, saisie informatique …

Mais au-delà du travail qu’il réalise quotidiennement, il a un rôle qui lui tient encore plus à cœur : celui de représenter les travailleurs auprès du CVS, le Conseil de la Vie Sociale. Cette instance se réunit 3 fois par an et Zoubir peut y défendre le droit des travailleurs et mettre en avant les idées de la “boîte à idées”. Les 5 délégués titulaires et suppléants sont élus pour 3 ans.

L’ESAT Moskowa a beaucoup évolué depuis sa création et les logiques économiques le poussent à se diversifier toujours plus. Mais la direction, comme elle nous l’a précisée, fait attention à ne pas signer de contrats qui seraient défavorables pour les travailleurs. Car le souhait de l’ESAT est de répondre aux demandes de ses travailleurs et de favoriser leur épanouissement personnel et professionnel. Diversifier les activités n’est donc pas seulement une contrainte économique mais une volonté de valoriser les compétences de chacun.

La MDPH de Paris