tapis traversant pour personnes déficientes visuelles
© Mairie de Paris

Après une 1ère revalorisation en novembre 2018, le montant de l’AAH a de nouveau été augmenté depuis le 1er novembre 2019.

L’allocation maximale est de 900 euros par mois pour une personne seule et sans ressources. 

Cette hausse a été officialisée par le décret n° 2019-1047 du 11 octobre 2019. Elle entre en vigueur à partir des allocations versées début décembre (au titre du mois de novembre).

ATTENTION : le plafond de ressources à ne pas dépasser pour les couples a été modifié par ce décret.


AAH : conditions

L’AAH est attribuée aux personnes atteintes d’un taux d’incapacité permanente de 80% ou plus. Les personnes ayant un handicap de 50 % à 79 % peuvent en bénéficier à condition d’avoir été reconnues comme ayant une restriction substantielle et durable d’accès à un emploi. Seules les personnes habitant de façon permanente en France ou possédant un titre de séjour peuvent prétendre à l’AAH. Le demandeur doit être âgé d’au moins 20 ans. Si le demandeur souffre d’un handicap allant de 50% à 79%, il a droit à l’AAH jusqu’à l’âge légal de départ à la retraite. Depuis le 1er février 2017, le délai obligatoire pour toucher l’AAH passe de 20 ans à 10 ans.

CAF et AAH

Pour bénéficier de cette aide, il faut en premier lieu s’adresser à la MDPH. Son rôle est d’instruire le dossier puis de le transmettre à la CAF ou à la MSA (si la personne concernée relève du régime agricole). Ce n’est pas la MDPH qui s’occupe de verser les aides financières mais la CAF.

Calcul de l’AAH

C’est la CAF qui est en charge du calcul de l’allocation.

RSA et AAH

Si les conditions requises (qui dépendent de votre situation personnelle) sont remplies, il est tout à fait possible de cumuler AAH et RSA (mais pas l’intégralité des deux montants). Le montant du RSA est déduit de celui de l’AAH. À vous de faire la simulation et d’opter pour la situation financièrement la plus avantageuse.

AAH et retraite

Depuis le 1er janvier 2017, les personnes bénéficiaires de l’AAH partant à la retraite peuvent continuer à percevoir cette aide. Cela permet d’éviter un transfert de dossier qui peut induire une perte financière pour le bénéficiaire. Un arrêté publié au Journal Officiel le 1er février 2017 confirme cette décision.

Cumul de l’AAH avec d’autres prestations

L’AAH peut être cumulé pendant six mois en cas de reprise d’activité à hauteur de 80 % pour les revenus d’activités inférieurs à 30% du Smic, et de 40% de l’AAH pour les revenus supérieurs à 30 % du Smic. La majoration pour la vie autonome peut également être versée en complément de l’AAH à condition de percevoir l’AAH à taux normal, d’avoir un taux d’incapacité d’au moins 80%, de percevoir une aide au logement pour un logement indépendant et de ne pas percevoir de revenu d’activité à caractère professionnel propre.

La MDPH de Paris 

Publié : 4 novembre 2019

Dernière mise à jour : décembre 2019